Vous parlez "trop" ? C'est peut-être juste votre personnalité

Publié par Nutrichallenge Rédaction le

Vous parlez "trop" ? C'est peut-être juste votre personnalité

Pipelette, moulin à paroles, commère, amoureux de ta propre voix,..

Si vous êtes une personne bavarde, vous en avez probablement déjà entendu une ou deux. De tels commentaires pointus peuvent même vous faire craindre de parler un peu trop.

Peut-être vous mettez-vous au défi de vous taire pendant un jour ou deux, mais c'est difficile parce que vous avez tellement de choses à partager. Sans compter que lorsque vous ne vous joignez pas à une conversation, les gens semblent surpris et se demandent pourquoi vous n'avez soudainement plus rien à dire.

La bavardage n'est pas si mal. En fait, c'est un trait de caractère apprécié dans de nombreux domaines professionnels.

Mais à quel moment le don de bavardage devient-il une malédiction ?

Que peut-on qualifier de "parler trop"?

"Parler trop" ne signifie pas la même chose pour tout le monde.

Tout le monde n'aime pas converser avec les autres, c'est pourquoi certaines personnes considèrent que quelques phrases sont de trop. D'autres, qui aiment les bonnes histoires, seront heureux d'écouter tout ce que vous voulez partager. Parfois, les gens peuvent dire que vous parlez trop simplement parce qu'ils n'aiment pas ce que vous avez à dire.

Plutôt que de faire attention à votre nombre de mots, essayez d'explorer l'espace que prend votre conversation et comment elle affecte les autres.

Coupez-vous les ponts avec vos collègues ? Parlez-vous à des amis ? Vous dominez la conversation lors des dîners de famille ? Dites-vous des choses que les autres pourraient considérer comme dures, méchantes ou offensantes ?

Un aperçu des termes médicaux utilisés pour désigner l'excès de parole peut également vous aider à évaluer votre discours :

Discours sous pression

Ce type de discours implique un discours rapide, souvent énergique, qu'il est souvent difficile d'arrêter, même lorsque d'autres personnes essaient de faire passer un mot.

Vous parlez plus que d'habitude, à un rythme beaucoup plus rapide, peut-être même à un volume plus élevé. Vous avez peut-être l'impression de ne pas pouvoir contrôler les mots qui sortent de votre bouche lorsque vous sautez d'une idée à l'autre, enchaînant les pensées si rapidement que les auditeurs ont du mal à vous suivre.

Hyperverbal

Hyperverbal fait référence à un discours rapide et accru.

Vous vous apercevez peut-être que vous parlez rapidement pour faire sortir tout ce que vous avez à dire. Vous avez peut-être du mal à attendre votre tour pour parler et vous vous surprenez à interrompre régulièrement les autres.

Ce n'est pas très différent d'un discours sous pression, et certains professionnels peuvent utiliser les deux termes de façon interchangeable. Toutefois, le discours hypervocalorique n'implique pas nécessairement des transitions rapides entre les pensées ou l'utilisation de rimes ou de jeux de mots pour relier les pensées, comme le fait souvent le discours sous pression.

Discours désorganisé

Ce type de discours implique souvent un passage rapide d'un sujet à l'autre, sans lien clair entre les sujets.

Vous pouvez répondre à des questions avec des réponses que d'autres considèrent sans aucun rapport. Parfois, le discours désorganisé implique des chaînes de mots aléatoires qui semblent ne pas avoir de lien clair.

Le discours désorganisé n'est peut-être pas plus rapide que le discours normal, mais il peut quand même semer la confusion chez les autres. Lorsqu'elle est grave, elle peut entraver la communication normale.

Communication compulsive

Des recherches plus anciennes sur la surcommunication montrent que si beaucoup de gens considèrent la bavardage comme un trait positif, certains vont un peu trop loin dans la communication.

Les chercheurs, qui décrivent ce schéma comme un parler compulsif ou un "talkaholisme", en soulignent quelques signes clés :

  • parler beaucoup, souvent plus que quiconque, dans la plupart des situations
  • avoir du mal à parler moins, même au travail, à l'école ou à d'autres moments "calmes" importants
  • reconnaître que vous parlez beaucoup, généralement parce que d'autres vous l'ont dit
  • avoir du mal à se taire, même si continuer à parler vous pose des problèmes

D'autres recherches suggèrent que certains bavards compulsifs pourraient le faire :

  • ne pas se rendre compte qu'ils parlent de manière excessive
  • tendent à l'argumentativité
  • ont l'habitude de prendre le contrôle des conversations
  • se soucie peu des critiques ou des remarques négatives des autres

En général, les personnes qui parlent de manière compulsive ont du mal à dominer leur discours, même lorsqu'elles font de gros efforts.

Ce qui peut se passer

Souvent, la bavardage n'est rien d'autre qu'un trait de caractère.

Les extravertis, par exemple, ont souvent de grandes capacités de conversation. De nombreuses personnes peuvent apprécier un bon tête-à-tête avec des amis (ou de parfaits étrangers) et reconnaître quand le calme pourrait être la meilleure réponse. Si vous pouvez facilement arrêter de parler quand vous en avez besoin, la bavardage n'est probablement qu'un aspect de votre personnalité unique.

Cela dit, diverses formes de bavardage excessif peuvent se révéler être un symptôme de certains troubles mentaux :

Le discours sous pression se produit souvent dans le cadre d'épisodes maniaques ou hypomaniaques.

Un discours désorganisé peut se manifester comme un symptôme clé de la schizophrénie et d'autres troubles psychotiques, ainsi que du trouble de la personnalité schizotypique.

Les divagations ou les excès de parole peuvent se manifester par une anxiété sociale. Vous craignez de dire ce qu'il ne faut pas ou d'être jugé par les autres, mais vous finissez par parler plus que vous ne le pensiez afin de compenser votre anxiété et de dissiper les inquiétudes liées à ce que les autres pensent de vous.

Le discours hyperactif peut apparaître comme un symptôme de trouble de déficit de l'attention/hyperactivité (TDAH) ou de source d'anxiété. Si vous êtes anxieux, vous pouvez parler plus que d'habitude ou parler très rapidement lorsque vous vous sentez le plus nerveux.

Parler de soi de façon excessive. Il n'est pas rare que les personnes atteintes de troubles bipolaires discutent longuement de leurs réalisations, de leurs objectifs ou de leurs projets pendant un épisode maniaque. Ce discours semble souvent grandiose ou moins que réaliste. Les personnes atteintes d'un trouble de la personnalité narcissique peuvent parler beaucoup de leurs capacités, des choses qu'elles ont accomplies ou des personnes importantes qu'elles connaissent afin d'attirer l'attention.

Dois-je consulter un médecin ?

N'oubliez pas que les troubles mentionnés ci-dessus impliquent tous d'autres symptômes. En général, les symptômes seront assez apparents et commenceront souvent à affecter vos relations et votre vie quotidienne.

Voici quelques autres symptômes importants de ces affections :

Les épisodes maniaques du trouble bipolaire se caractérisent généralement par une augmentation de l'énergie, un besoin moindre de sommeil, des pensées houleuses et une productivité accrue à l'école ou au travail. Vous pouvez également vous sentir agité et facilement distrait.

L'anxiété et l'angoisse sociale impliquent des inquiétudes fréquentes et persistantes concernant divers aspects de votre vie quotidienne. Dans le cas de l'anxiété sociale, ces inquiétudes se concentrent sur le contexte social et sur ce que les autres pensent de vous. Ces troubles peuvent également s'accompagner de symptômes physiques, comme des douleurs et des tensions, des maux d'estomac et des troubles du sommeil.

D'autres symptômes du TDAH sont la perte de mémoire, la difficulté à gérer le temps, la distractibilité ou la difficulté de concentration, et l'agitation ou l'hyperactivité.

Avec le trouble de la personnalité narcissique, vous aurez une forte croyance en votre propre importance, des difficultés à comprendre les besoins et les sentiments des autres, et un fort besoin de louanges et d'admiration.

La schizophrénie implique généralement des hallucinations, des délires et d'autres symptômes qui vous déconnectent de la réalité.

Lorsque la bavardage n'accompagne pas une détresse émotionnelle ou ne provoque pas de sentiments désagréables, il s'agit probablement d'une partie de votre personnalité.

Comment parler de manière plus réfléchie

Même si l'amour du bavardage ne suggère pas de problèmes sous-jacents, il peut quand même créer quelques difficultés dans les interactions quotidiennes.

Vous avez peut-être entendu dire, à un moment ou à un autre, que la communication est une voie à double sens. Vous ne pouvez pas vous contenter d'exprimer vos propres idées. L'écoute est également essentielle. Si vous ne passez pas de temps à faire les deux, vous ne pouvez pas vraiment communiquer.

Si quelqu'un s'est déjà plaint, "Laissez quelqu'un d'autre dire un mot" ou "Oui, vous avez déjà raconté cette histoire un million de fois", il peut être utile de revoir vos conversations récentes pour mettre en balance le temps que vous passez à parler et le temps que vous passez à écouter.

Ces conseils peuvent vous aider à communiquer de manière plus réfléchie.

Soyez attentif à la réaction des autres

Vous pouvez souvent en apprendre beaucoup sur le style et le volume de votre conversation en prenant note des réactions des autres.

Essayez de vous poser ces questions :

Les gens ont-ils tendance à entamer les conversations en disant rapidement "Je n'ai que quelques minutes pour parler" ou "Je suis pressé, il faut donc que ce soit court" ?

Les gens semblent-ils réticents à entamer une conversation ? Ils peuvent vous faire signe et quitter la pièce au moment où vous entrez ou répondre aux appels téléphoniques par un court texte.

Les gens semblent-ils souvent distraits ou désintéressés par ce que vous avez à dire ? Ils peuvent hocher la tête ou faire défiler leur téléphone pendant que vous parlez, ou leur fin de conversation implique beaucoup de "Wow", "Ouais" et "Huh". Ces réponses ne sont pas tout à fait polies, bien sûr, mais lorsque la plupart des personnes à qui vous parlez réagissent de cette façon, il peut être utile d'y regarder de plus près.

Vous êtes-vous surpris à interrompre ou à couper la parole aux autres ?

Dites-vous parfois plus que ce que vous vouliez ou partagez-vous des informations que d'autres vous ont demandé de garder privées ?

Si la plupart des réponses sont affirmatives, mettez de côté vos compétences conversationnelles bien développées et profitez de l'occasion pour affiner vos techniques d'écoute active.

Maintenir l'équilibre des conversations

Même si vous êtes un grand parleur, vous n'avez pas besoin de vous taire complètement. En fait, vous pouvez vous retrouver dans des situations où parler beaucoup est un avantage.

Vous passez peut-être régulièrement du temps avec un ami plus introverti qui est parfaitement heureux de vous écouter lorsque vous prenez la tête de la conversation.

En revanche, dans un groupe mixte ou entre amis loquaces, vous voudrez peut-être faire plus d'efforts pour offrir à chacun une chance de s'exprimer.

Voici quelques conseils pour maintenir l'équilibre :

  • Posez des questions au lieu de remplir l'espace avec vos propres expériences.
  • Écoutez quand les autres répondent au lieu de réfléchir à ce que vous voulez dire ensuite.
  • Évitez de couper la parole dès que les conversations s'arrêtent. Certaines personnes ont besoin de plus de temps que d'autres pour rassembler leurs idées, et une brève accalmie permet de réfléchir à ce que les autres ont dit avant de parler.
  • Évitez toujours de vous interrompre lorsque quelqu'un d'autre parle. Si vous avez une question ou si vous voulez des éclaircissements, laissez-les finir leur phrase et faire une pause naturelle avant de poser votre question.

Soyez à l'aise avec le silence

Les gens se sentent souvent mal à l'aise lorsque les conversations s'éteignent.

Peut-être que vous parlez beaucoup parce que vous avez peur de paraître ennuyeux. Vous pouvez même craindre que les moments de calme avec votre partenaire signifient que vous n'avez rien à vous dire et prendre cela comme un signe que votre relation ne durera pas.

Mais le silence n'est pas une mauvaise chose, et certaines personnes l'apprécient même. Il offre une chance de réfléchir et de faire le tri dans les pensées. Participer activement et respectueusement à une conversation demande de l'énergie - même si vous ne faites qu'écouter. Votre partenaire, ou toute autre personne, n'a peut-être pas la même énergie de conversation que vous.

Essayez de tenir un journal à portée de main pour noter les pensées qui vous viennent dans les moments de calme. Parfois, le fait de les noter peut vous éviter de devoir les dire à voix haute, mais sinon, il y a toujours un temps mort !

Réfléchissez avant de parler

Bien sûr, c'est un vieux dicton, mais cela n'enlève rien à sa sagesse.

Il n'y a pas de mal à prendre l'habitude de réfléchir à ce que l'on veut dire avant de le dire. Posez-vous la question : "Cela ajoute-t-il quelque chose de nouveau ?" ou "Dois-je vraiment partager cela avec tout le monde ?"

Peut-être êtes-vous devenu plus bavard pour compenser la différence dans une relation avec un partenaire qui ne parle pas beaucoup, ou votre bavardage s'est développé à la suite d'une enfance solitaire. Peut-être que l'anxiété ou la nervosité vous poussent à apaiser vos inquiétudes en remplissant l'espace mort de la conversation.

Essayez de respirer profondément, de faire des exercices de concentration et de vous mettre à l'aise avant de parler et de rompre l'habitude de répandre toutes les pensées qui vous viennent à l'esprit.

Les techniques de pleine conscience, en particulier, peuvent vous aider à rester concentré sur le moment présent et à donner la priorité à ce qui est le plus important et le plus pertinent dans votre environnement actuel.

En conclusion

Il n'est pas toujours facile de savoir où se situe la limite entre "trop parler" et "juste assez".

Si vous parlez beaucoup, vous n'avez probablement pas à vous inquiéter de la quantité de paroles que vous prononcez, mais les autres semblent apprécier votre conversation et continuent à vous tendre la main. Toutefois, lorsqu'il semble que les gens évitent activement d'avoir des conversations avec vous, vous pouvez faire un effort pour partager moins et écouter plus.

Si le fait de rompre l'habitude de parler sans arrêt s'avère difficile, un thérapeute peut vous aider à explorer les raisons potentielles d'une conversation compulsive et vous proposer un soutien pour développer des compétences de communication plus réfléchies.

← Article précédent Article suivant →


Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant leur publication.

SERVICE CLIENT 24/7

Notre équipe est à votre disposition pour toute question sur nos articles ou votre commande.

PAIEMENTS SÉCURISÉS

La gestion de nos paiements en ligne sont 100% Sécurisés avec Stripe et Paypal.

LIVRAISON instantanée

Nos produits numériques sont envoyés directement après l'achat.

SATISFAIT OU REMBOURSÉ

Nous proposons le Satisfait ou Remboursé pendant 14 jours après l'achat