Livraison GRATUITE à partir de 54,00€ d'achat 🎁

Une consommation même modeste de sucre ajouté peut affecter le foie

Publié par Nutrichallenge Rédaction le

Une consommation même modeste de sucre ajouté peut affecter le foie

  • La consommation de quantités modérées de certains types de sucre peut doubler la production de graisse dans le foie.
  • Ce phénomène peut à son tour entraîner le développement de la stéatose hépatique et du diabète de type 2.
  • Une étude récente a révélé que le saccharose stimulait la synthèse des graisses de façon légèrement plus importante que la même quantité de fructose.

De nouvelles recherches apportent des preuves supplémentaires des dangers de la consommation de sucre, en proposant que l'ingestion de quantités même modérées de cette substance peut entraîner un changement dans le métabolisme d'une personne.

Des chercheurs de l'Université médicale de Graz, en Autriche, de l'Université de Zurich et de l'Hôpital universitaire de Zurich, en Suisse, ont récemment publié leurs conclusions dans le Journal of Hepatology.

Certains sucres sont des composants naturels des fruits et des légumes. Cependant, de nombreux aliments transformés que nous consommons contiennent des sucres ajoutés, c'est-à-dire du sucre que les fabricants ajoutent aux aliments et aux boissons pour en rehausser la saveur ou en améliorer l'apparence et la texture.

Une consommation élevée de sucre a été liée à de nombreux problèmes de santé, notamment le diabète de type 2, l'obésité, les maladies cardiovasculaires et le cancer.

En 2015, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a conseillé aux gens de ne pas consommer plus de 5 % de leurs calories quotidiennes sous forme de sucre ajouté. Pour un régime de 2 000 calories par jour, cela correspondrait à 100 calories ou 6 cuillères à café ou environ 25 grammes (g) de sucre ajouté.

En 2015, le cabinet d'études de marché Euromonitor a indiqué que la personne moyenne aux États-Unis consommait plus de 126 g de sucre par jour.

Au Royaume-Uni, la personne moyenne en consommait 93,2 g.

La Suisse ne figure pas dans la liste des dix pays dont les citoyens consomment le plus de sucre. Pourtant, la personne moyenne y a consommé 76,1 g par jour en 2015.

Examen de la consommation modérée de sucre ajouté

Les auteurs de l'étude ont voulu savoir ce qui se passe lorsque les gens consomment des quantités modérées de sucre ajouté.

Pour leurs travaux, qu'ils ont menés entre 2013 et 2016, ils ont recruté 94 volontaires masculins en bonne santé. Les participants étaient âgés de 18 à 30 ans et avaient un indice de masse corporelle inférieur à 24kg/m2, ce qui est considéré comme un poids modéré.

Les chercheurs ont sélectionné les participants en dessous d'un certain poids pour diminuer les chances de recruter des personnes qui avaient peut-être déjà développé une augmentation de la teneur en graisse du foie.

Les hommes qui consommaient déjà quotidiennement des boissons sucrées ou qui pratiquaient plus de trois heures d'activité physique par semaine ont également été exclus.

Les chercheurs ont expliqué qu'ils n'avaient pas étudié les femmes, "car il existe des preuves d'effets métaboliques divergents du fructose sur les sujets masculins et féminins".

En effet, une étude réalisée en 2008 a révélé que le fructose avait des effets métaboliques "nettement atténués" chez les jeunes femmes par rapport aux hommes.

Impact des boissons sucrées sur l'organisme

Les chercheurs ont d'abord demandé aux participants de s'abstenir de consommer des boissons sucrées pendant quatre semaines. Ils ont ensuite commencé à boire des boissons sucrées contenant soit du fructose, soit du saccharose, soit du glucose, trois fois par jour. Au total, 80 g de chaque type de sucre ont été consommés quotidiennement.

On a demandé à un quatrième groupe de participants de continuer à s'abstenir de consommer des boissons sucrées.

Pour examiner comment les boissons contenant du sucre ajouté affectaient les individus, les chercheurs ont utilisé des traceurs, c'est-à-dire des substances qui peuvent être suivies lorsqu'elles se déplacent dans le corps.

Dans l'ensemble, les chercheurs ont constaté que les participants n'avaient pas consommé plus de calories qu'avant l'étude. Les auteurs supposent que la consommation de boissons sucrées a augmenté la satiété des participants, ce qui les a incités à consommer moins de calories provenant d'autres sources.

Les chercheurs ont également indiqué que même si les participants consommaient le même nombre de calories, l'ajout de boissons sucrées à leur régime alimentaire avait un impact sur leur santé globale.

Les participants qui buvaient des boissons édulcorées au fructose avaient une production de graisse deux fois plus élevée que ceux qui buvaient des boissons édulcorées au glucose et ceux qui s'abstenaient de consommer des boissons édulcorées au sucre.

"C'était encore le cas plus de 12 heures après le dernier repas ou la dernière consommation de sucre", explique le Dr Philipp Gerber, chef de l'étude, du département d'endocrinologie, de diabétologie et de nutrition clinique de l'université de Zurich.

L'accumulation de graisse dans le foie entraîne de graves problèmes de santé, comme le diabète de type 2 et la stéatose hépatique non alcoolique.

Les chercheurs ont fait une découverte particulièrement surprenante : le saccharose, ou sucre de table - la forme de sucre la plus couramment consommée par les humains - stimule la synthèse des graisses un peu plus que la même quantité de fructose. Jusqu'à présent, la plupart des scientifiques pensaient que le fructose était plus susceptible de provoquer de tels changements.

Le Dr Gerber note que le Suisse moyen ne suit pas le conseil de l'OMS de limiter sa consommation quotidienne de sucre à 25 g. "Nos résultats constituent une étape critique dans la recherche des effets nocifs des sucres ajoutés et seront très importants pour les futures recommandations diététiques", dit-il.

Les scientifiques notent également certaines limites à leur recherche.

Ils affirment qu'ils avaient "peu de contrôle" sur la conformité des participants à l'étude et qu'ils ne connaissaient pas leur "capacité intestinale". En d'autres termes, le fait de ne pas connaître la tolérance individuelle des participants au fructose peut avoir entraîné une variation des résultats.

Envie de faire un régime sans sucre ? Lisez ceci.

← Article précédent Article suivant →


Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant leur publication.

SERVICE CLIENT 24/7

Notre équipe est à votre disposition pour toute question sur nos articles ou votre commande.

PAIEMENTS SÉCURISÉS

La gestion de nos paiements en ligne sont 100% Sécurisés avec Stripe et Paypal.

LIVRAISON RAPIDE

Livraison en 3 à 5 jours ouvrés.
Nos produits numériques sont envoyés directement après l'achat.

SATISFAIT OU REMBOURSÉ

Nous proposons le Satisfait ou Remboursé pendant 14 jours après l'achat