Livraison GRATUITE à partir de 35,00€ d'achat 🎁

Anxiété et inflammation : Y a-t-il un lien ?

Publié par Nutrichallenge Rédaction le

Anxiété et inflammation : Y a-t-il un lien ?

Dans cet article, nous nous demandons s'il existe des liens entre l'inflammation et l'anxiété. Bien que les preuves s'accumulent lentement, nous avons encore beaucoup à apprendre sur la relation entre les deux.

L'anxiété est normale. La plupart des gens se sentent anxieux de temps en temps. Pour les personnes souffrant d'un trouble anxieux, cependant, le sentiment d'anxiété est plus fréquent, plus intense et plus persistant.

Pour ces personnes, l'anxiété est difficile à contrôler et peut interférer avec leur vie quotidienne.

Il existe toute une gamme de troubles anxieux. Ils comprennent le trouble d'anxiété généralisée (TAG), le trouble d'anxiété sociale, également appelé phobie sociale, le trouble d'anxiété de séparation et le trouble de stress post-traumatique (TSPT).

Certaines personnes souffrent de plus d'une forme de trouble anxieux en même temps.

Les troubles anxieux sont courants. Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), en 2015, on estime que 3,6 % de la population mondiale souffrait d'un trouble anxieux, soit environ 264 millions de personnes.

Les scientifiques ne connaissent toujours pas les causes précises de l'anxiété, mais certains facteurs probables incluent la suractivité de certaines parties du cerveau, un déséquilibre des neurotransmetteurs, la génétique, les traumatismes, les traits de personnalité, la douleur chronique et l'abus de substances.

Même avant la pandémie, l'anxiété semblait augmenter, en particulier en Occident. Il est urgent de comprendre comment et pourquoi les troubles anxieux apparaissent. Certains scientifiques étudient le rôle potentiel de l'inflammation.

Qu'est-ce que l'inflammation ?

En bref, l'inflammation est une réaction naturelle et bénéfique à des stimuli nocifs, tels que des irritants ou des agents pathogènes.

L'inflammation est une réponse protectrice qui aide l'organisme à se débarrasser des stimuli offensifs et à protéger le corps. Toutefois, si l'inflammation persiste, elle peut endommager les cellules et les tissus qu'elle est censée protéger.

L'inflammation se produit également dans le cerveau et, bien qu'une partie de cette inflammation puisse être protectrice, les chercheurs souhaitent savoir si une inflammation chronique peut influencer le développement de troubles mentaux.

Lien entre inflammation et anxiété

Bien qu'il existe aujourd'hui de bonnes preuves des liens entre l'inflammation et la dépression, moins de recherches ont examiné la relation entre l'inflammation et l'anxiété.

Les scientifiques sont en train de constituer progressivement un ensemble de preuves.

Les troubles anxieux se caractérisent par une détresse mentale. Cependant, ils peuvent également être associés à un risque accru de maladie coronarienne, d'athérosclérose et de troubles métaboliques.

Comme ces affections impliquent une inflammation systémique de faible intensité et que la dépression va souvent de pair avec l'anxiété, certains scientifiques se demandent si l'inflammation ne jouerait pas un rôle dans les troubles anxieux.

Signes d'inflammation

Lorsqu'ils étudient l'inflammation, les scientifiques se concentrent sur des marqueurs clés dans l'organisme. Les marqueurs les plus intéressants sont la protéine C-réactive (CRP), l'interleukine-6 (IL-6) et le facteur de nécrose tumorale (TNF)-alpha.

La CRP est libérée par le foie en réponse à une inflammation. Son rôle principal est de se lier à des marqueurs sur des cellules ou des micro-organismes morts ou mourants. Les scientifiques pensent qu'en se liant à sa cible, la CRP aide le système du complément, qui renforce la capacité des cellules immunitaires à éliminer les agents pathogènes et les cellules mortes.

L'IL-6 et le TNF-alpha sont deux cytokines qui favorisent l'inflammation. Les cytokines sont une vaste catégorie de protéines qui jouent un rôle important dans la communication intercellulaire.

 

Les preuves

Ces dernières années, les preuves des liens entre l'anxiété et l'inflammation se sont renforcées. Dans une étude, les scientifiques ont évalué une série de marqueurs d'inflammation et de coagulation, notamment la CRP, l'IL-6 et le TNF-alpha chez 853 participants.

Les chercheurs ont également demandé aux participants de remplir un questionnaire de 40 questions pour évaluer leur degré d'anxiété à ce moment-là et, plus largement, leur degré d'anxiété dans la vie en général.

Entre autres résultats, ils ont montré que des scores d'anxiété plus élevés étaient associés à des niveaux plus élevés de CRP, d'IL-6 et de TNF-alpha chez les hommes, et à des niveaux plus élevés de CRP et d'IL-6 chez les femmes.

Une étude, publiée dans le Journal of Psychiatric Research, a examiné les liens entre l'inflammation et le TSPT. Les chercheurs ont comparé les marqueurs pro-inflammatoires de 14 personnes souffrant de SSPT à ceux de 14 personnes ne souffrant pas de cette maladie.

Bien que l'étude soit de petite taille, les auteurs ont conclu que "les patients souffrant de TSPT présentaient un état pro-inflammatoire systémique de faible niveau, qui, de plus, était lié aux niveaux de symptômes du TSPT [...]."

Un examen portant sur le TSPT et l'inflammation a révélé que le TSPT est associé à une augmentation de l'IL-6, du TNF-alpha et d'autres marqueurs d'inflammation.

En s'intéressant spécifiquement aux femmes souffrant à la fois de diabète de type 2 et d'anxiété phobique, une autre étude a mis en évidence un lien entre les marqueurs inflammatoires et l'anxiété. Les auteurs concluent :

"Des niveaux élevés d'anxiété phobique sont associés à des niveaux accrus de leptine et de marqueurs inflammatoires".

La leptine est une hormone qui aide à réguler l'appétit et donc l'apport calorique, mais les scientifiques pensent qu'elle joue également un rôle dans l'inflammation chronique.

Un examen systématique et une méta-analyse, publiés dans Depression & Anxiety, ont passé au crible les données de 41 études pertinentes. Dans l'ensemble, les chercheurs ont conclu :

"Ces données démontrent l'association entre la dysrégulation inflammatoire et les diagnostics associés à l'anxiété chronique, impactante et sévère et [donnent] un aperçu de la manière dont l'anxiété, et en particulier le SSPT, est liée à certains marqueurs inflammatoires."

Déclencher l'inflammation de manière expérimentale

Bien sûr, découvrir que les personnes anxieuses sont plus susceptibles de subir une inflammation ne montre pas que l'inflammation cause ou augmente le risque d'anxiété.

Pour tenter de répondre à cette question de la poule ou de l'œuf, une analyse a demandé si le fait de déclencher un état d'inflammation augmenterait les sentiments d'anxiété.

Les chercheurs ont déclenché une inflammation en injectant aux participants du lipopolysaccharide (LPS). Le LPS est un composant de la membrane cellulaire des bactéries gram-négatives, et il induit de manière fiable une réponse inflammatoire.

Les auteurs ont constaté que le sentiment d'anxiété augmentait en même temps que les marqueurs inflammatoires. Ils ont également noté que les personnes dont les niveaux d'IL-6 augmentaient le plus étaient les plus anxieuses.

Bien qu'il soit notoirement difficile de transposer les études animales sur la santé mentale à l'expérience humaine, la recherche sur les souris a produit des résultats intéressants.

Par exemple, une étude dans laquelle les scientifiques ont provoqué une inflammation gastro-intestinale chez des souris a révélé que ces dernières développaient un comportement de type anxieux. L'étude a également montré que le Bifidobacterium longum, une bactérie probiotique, inversait le changement de comportement, ce qui nous amène à la section suivante.

Un rôle pour le microbiome ?

À mesure que les scientifiques démêlent les liens entre le système immunitaire et le cerveau, certains s'intéressent au rôle potentiel des bactéries intestinales.

Il y a quelques années seulement, l'idée que les bactéries de nos intestins puissent influencer notre santé mentale aurait pu sembler farfelue. Aujourd'hui, cependant, elle est assez bien établie.

L'intestin possède un système nerveux très complexe, appelé système nerveux entérique. Certains scientifiques le qualifient même de "deuxième cerveau".

En effet, d'une certaine manière, il peut être considéré comme le premier cerveau, car, du point de vue de l'évolution, il est arrivé sur la scène avant le "cerveau de la tête".

Il existe une interaction bidirectionnelle complexe entre le système nerveux entérique et le système nerveux central. Comme l'expliquent les auteurs d'un article :

"L'étude du dialogue croisé entre l'intestin et le cerveau a révélé un système de communication complexe qui non seulement assure le maintien correct de l'homéostasie gastro-intestinale, mais est susceptible d'avoir des effets multiples sur l'affect, la motivation et les fonctions cognitives supérieures."

En interagissant avec le système nerveux entérique, les bactéries intestinales disposent d'une voie de communication directe avec le cerveau.

Certaines recherches ont déjà montré des liens entre l'anxiété et les changements dans les populations de bactéries intestinales. Par exemple, une étude a révélé une "diminution de la richesse et de la diversité microbiennes" chez les personnes souffrant de TAG, par rapport aux personnes sans trouble anxieux.

D'autres scientifiques ont cherché à savoir si l'anxiété pouvait être traitée à l'aide de probiotiques ou de prébiotiques. Les aliments probiotiques contiennent des micro-organismes vivants, et les prébiotiques sont des ingrédients non digestibles qui favorisent la croissance des bactéries.

Une méta-analyse a rassemblé les données de 34 études portant sur l'impact des prébiotiques et des probiotiques sur la dépression et l'anxiété. Dans l'ensemble, les chercheurs n'ont constaté aucun effet des prébiotiques. Cependant, ils ont également conclu :

"Les probiotiques ont produit des effets faibles mais significatifs sur la dépression et l'anxiété".

Bien qu'il soit probable que les mécanismes soient multiples, l'une des façons dont les bactéries intestinales pourraient influencer les niveaux d'anxiété est l'inflammation. Les bactéries intestinales entretiennent des liens étroits avec le système nerveux, mais elles interagissent également avec le système immunitaire, qui déclenche la réponse inflammatoire.

Même si les bactéries intestinales suscitent actuellement un grand intérêt, nous avons encore beaucoup à apprendre sur leur influence sur notre état mental.

Cause ou effet ?

La plupart des recherches mentionnées ci-dessus ne répondent pas à la question suivante : L'inflammation provoque-t-elle ou exacerbe-t-elle l'anxiété, ou l'anxiété favorise-t-elle l'inflammation ? Et, surtout, la réduction de l'inflammation atténue-t-elle les symptômes ?

Ces questions n'ont pas encore trouvé de réponse, mais certaines recherches fournissent des indices.

Par exemple, une étude portant sur des patients atteints de cancer est parvenue à des conclusions intéressantes. Après avoir reçu un diagnostic de cancer, les personnes présentent un risque accru de troubles psychiatriques. L'étude a porté sur 316 904 personnes atteintes d'un cancer.

Les scientifiques ont rassemblé des informations sur les participants qui ont développé des troubles mentaux et sur la prise d'aspirine - un anti-inflammatoire non stéroïdien (AINS) - ou d'autres AINS par ces personnes au cours de l'année précédant le diagnostic. Dans l'ensemble, les auteurs ont conclu :

"L'utilisation pré-diagnostic de l'aspirine était associée à une diminution du risque de dépression, d'anxiété et de troubles liés au stress au cours de la première année suivant le diagnostic de cancer."

Cependant, d'autres recherches similaires n'ont pas trouvé le même effet.

Ce qu'il faut retenir

Bien que les preuves d'un lien entre inflammation et santé mentale se renforcent, les scientifiques ont un long chemin à parcourir avant de comprendre pleinement l'importance de cette relation.

Le système immunitaire est un sujet incroyablement complexe, et les conditions de santé mentale sont encore mal comprises. Si l'on ajoute à cela les niveaux de complexité vertigineux du microbiome, on obtient un problème extrêmement complexe à démêler.

Au fur et à mesure que les chercheurs avancent, le tableau va certainement s'éclaircir. Toutefois, en conclusion, il semble probable que l'inflammation joue au moins un rôle dans l'anxiété, mais nous devrons attendre d'autres recherches avant de pouvoir tirer des conclusions solides et, surtout, utiliser ces informations pour lutter contre l'anxiété.

Lire aussi : 9 herbes à essayer contre l'anxiété.

← Article précédent Article suivant →


Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant leur publication.

SERVICE CLIENT 24/7

Notre équipe est à votre disposition pour toute question sur nos articles ou votre commande.

PAIEMENTS SÉCURISÉS

La gestion de nos paiements en ligne sont 100% Sécurisés avec Stripe et Paypal.

LIVRAISON RAPIDE

Livraison en 3 à 5 jours ouvrés.
Nos produits numériques sont envoyés directement après l'achat.

SATISFAIT OU REMBOURSÉ

Nous proposons le Satisfait ou Remboursé pendant 14 jours après l'achat